>

Observatoire vautour

L’observatoire Vautour au pied du Bugarach est d’accès libre et gratuit. Il est constitué de tables et de bancs à l’ombre, de panneaux explicatifs et de jumelles pour observer la petite placette d’équarrissage qui se trouve en face. Si vous avez la chance d’arriver au moment où l’instigateur et gardien du site, Yves Roullaud, militant de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux)  vient déposer une carcasse d’animal sur l’aire, vous pourrez assister au spectacle fabuleux des vautours planant majestueusement au-dessus du site.

Les vautours n’ont pas été introduit artificiellement, ils sont venus d’Espagne, de façon naturelle. Ce qui assure une diversité génétique. Ils se sont sédentarisés progressivement sur la falaise que l’ont aperçoit et à la Serre du Bec. Le programme d’équarrissage naturel privilégié à une double fonction. Permettre aux rapaces de conserver leur vie sauvage, et les réintroduire dans le processus naturel de nettoyage des bêtes mortes, leur redonner leur place dans la chaîne écologique et cela en étroite collaboration avec les éleveurs locaux. En effet, les vautours ne sont nourris que lorsqu’une bête du cheptel local décède.

L’objectif de cet observatoire est également casser le mythe selon lequel ce splendide rapace s’attaquerait aux animaux blessés ou faibles.  Le vautour n’est pas un prédateur. Il est 100% nécrophage, : il ne consomme que la viande d’animaux morts. Le site compte 4 espèces de vautour, chacun ayant sa spécificité et son rôle à jouer dans l’équarrissage. Le vautour fauve préfère les viscères et les muscles, le vautour percnoptère préfère les tissus mous, le vautour moine mange les tissus coriaces tel que la peau ou les tendons, le gypaète barbu enfin lui, s’attaque aux os.

previous arrow
next arrow
Slider