>

rando Séquières

La rando Sequières permet de découvrir un plateau du Fenouillèdes hors du temps, avec ses deux splendides ruines romanes : le château de Sequières et la chapelle Saint-Vincent. Séquières, ancien village médiéval se situe sur l’actuelle commune de Trévillach.

Histoire de Séquières

Séquières ou Séquerre ou encore Séquère apparut en 1001 sous la forme de Saccaria, puis Sachera. Son nom pourrait se traduire par « la roche élevée ». Du village médiéval il ne reste qu’un château ou plutôt une maison forte, l’ancienne église et un ensemble de murs et de fondations, traces des anciennes habitations. Les rares informations historiques dont nous disposons laisse planer le mystère. En 1011, lors de la première mention de Séquerre, le village fait parti des biens de l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa. En 1410 il appartient au seigneur Bernat Berenger de Peyrepertuse. On trouve d’autres traces historiques jusqu’au 15ème siècle, mais on sait peu de choses. Pas même le nombre de feux ou d’habitants qu’il comptait.

Le plateau de Séquières

Le plateau de Séquières est vraiment étonnant. On ne soupçonne pas son existence lorsque l’on emprunte la D2  reliant Sournia à la vallée de la Têt, via le col des Auzines. On ne voit qu’une falaise d’un côté et la profonde gorge de la Rapane de l’autre. Le plateau de Séquère, ancien lieu de polyculture, ressemble à un vaste jardin. Les anciennes bergeries qui le parsème ont été parfaitement restaurées et leurs habitants semblent prendre le plus grand soin de ces terres fertiles. Par moment on se croirait dans l’univers du magicien d’Oz. Sur le point culminant du plateau, à 670 mètres d’altitude se situe l’ancien village de Séquières et ses ruines si intéressantes. La vue que l’on a depuis ce piton rocheux est exceptionnelle. La panorama à 360° permet d’apercevoir les Corbières de Sournia, le village de Campoussy, le Pech de Bugarach, Força Real, le massif du Canigou et si l’on grimpe sur la colline en face, on aperçoit la mer.

Le château de Séquières

Le château de Séquières est en réalité une grange fortifiée. Sa construction doit remonter à la fin du 12ème ou au début du 13ème siècle. Sa forme est étonnante, il s’agit d’un imposant parallélépipède de 21 mètres de long sur 13 mètres de large. Le peu d’ouvertures, indique clairement la fonction défensive de l’édifice. Une porte, dans le mur oriental, permet d’accéder à la cour intérieure. Deux étranges piliers en émergent. Hauts de plus de 12 mètres, ils sont surnommés « les Demoiselles ». Le monument est très abîmé, il n’a pas de toit et une partie est effondrée.

La chapelle Saint-Vincent de Séquières

Tout juste à côté de la ferme fortifiée, s’élève la chapelle romane Saint-Vincent, ancienne église du village. Elle est mentionnée pour la 1ère fois en 1298  (dans l’acte testamentaire de Viadera Raolf). Mais elle est plus ancienne. Son style la place sans conteste au 12ème siècle. Elle est constituée d’une nef rectangulaire orientée est-ouest, longue de 11,5 mètres et large  de 4,3 mètres. La partie ouest se caractérise par la présence d’une tribune, accessible autrefois par un escalier. L’entrée se fait côté sud. La chapelle est très dégradée, elle aussi. Tout le mur du fond est effondré. Il reste une partie de la voûte en berceau renforcée par un arc doubleau et une partie de son chevet. On peut également admirer une belle porte et une fenêtre à double ébrasement.

Il existe une association qui s’occupe de la protection de ces deux édifices : L’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine et de l’Environnement de la Chapelle et du Territoire de Séquere (ASPECT)

previous arrow
next arrow
Slider

La randonnée bleue

Il y a plusieurs possibilités de randonnées et de balades.  Le parcourt bleu que je propose part du Col de l’Auzine. Un parking permet de s’y garer. Le chemin suit des routes carrossables et des panneaux indiquent le château. Pas d’autre signalétique mais il est difficile de se perdre. On a une vision claire de la topographie sur ce plateau. On aura plaisir à prolonger le petit circuit par l’ascension de la colline en face des ruines, jusqu’au pied du Roc del Gotier pour le panorama. 3 heures

carte rando séquières trevillach

La randonnée rouge

Au départ du village de Trévillach. Prendre d’abord le GR « Tour du Fenouillèdes » balisé jaune et rouge. Entre le Roc del Cucut et le Roc del Moro bifurquer sur le GR 36, balisé rouge et blanc. Grimper jusqu’au Col de Guers et continuer jusqu’au bâtiment à moitié ruiné nommé « Débat ». Il date de la 2ème guerre mondiale. Les maquisards s’y réunissaient discrètement pour débattre de la stratégie à adopter pour combattre l’occupant allemand. Là, prendre à droite un chemin non balisé qui descend progressivement jusqu’au plateau. On aperçoit rapidement la silhouette caractéristique du château.

Après la visite le château, prendre le chemin du retour vers Tarerach en empruntant le sentier qui démarre devant le château et file entre les  rares mais évidentes habitations. Au niveau du Cortal Bascou, ne pas prendre la route goudronnée qui mène au col des Auzines, mais suivre, à droite, la DFCI F75. Au prochain carrefour encore à droite, prendre la montée en pente douce en direction du Roc del Gotier. Suivre cette piste sur un peu plus d’un kilomètre. Quand la pancarte Tarérach se présente, il suffit de prendre à droite un étroit sentier caillouteux qui rejoint le village en un quart d’heure. (temps total : environ 5 heures)